sand jamais parler du ventDans le contexte de la littérature franco-canadienne, France Daigle n’a plus à établir sa réputation : son œuvre est étudiée en Amérique du Nord et en Europe. Elle a une douzaine de romans à son actif dont plusieurs ont été couronnés par des prix nationaux et internationaux. Son dernier roman – l’œuvre magistrale Pour sûr – a été finaliste du prix littéraire du Gouverneur général du Canada en 2012. Or, lorsque parut en 1983 son premier roman, Sans jamais parler du vent, personne ne pouvait encore savoir que Daigle laisserait sa marque indélébile sur la littérature acadienne.Résolument moderne, ce premier roman présente une facture expérimentale devenue l’une des caractéristiques de l’écriture daiglienne. Depuis longtemps épuisé, il fallait le rendre de nouveau accessible : chacun pourra ainsi mesurer toute la trajectoire de l’auteure, de ses débuts jusqu’à l’opus magnum le plus récent. La présente édition critique de Sans jamais parler du vent présente non seulement les variantes, mais aussi un choix de fragments textuels qui permettent d’en retracer la genèse. Ainsi, on saisira mieux la valeur de ce texte dont la relecture seule fait ressentir tous ses effets polysémiques.
Table des matières
Titre : Sans jamais parler du vent : roman de crainte et d’espoirque la mort arrive à temps de France Daigle
Auteur : Édition critique établie par Monika Boehringer
Éditeur : Institut d’études acadiennes
Année de publication : 2012
Nombre de pages : xliv-259
Collection : Bibliothèque acadienne
ISBN : 978-0-9810041-8-1
Prix : 24.95 $
Commandez cette publication
Monika Boehringer est professeure titulaire à l’université Mount Allison, à Sackville au Nouveau-Brunswick, où elle enseigne des cours sur l’Acadie et l’écriture au féminin, domaines dans lesquels elle a publié de nombreux articles. Créatrice du site Web Auteures acadiennes / Acadian Women’s (Life) Writing qui répertorie plus de 80 auteures (www.mta.ca/research/awlw/), elle a codirigé Entre